Le Trône de Fer / A Game of Thrones – George R.R. Martin

Je suis en train de regarder, avec un peu de retard, la troisième saison de la série télévisée Game of Thrones, adaptée d’une œuvre qu’on ne présente plus et dont la lecture m’a énormément marqué : A Song of Ice and Fire de George R.R . Martin.

Si vous n’avez pas (encore) lu cette saga, ou même si vous n’avez vu que la série télévisée, je vous recommande de lire les livres, vous ne le regretterez pas un seul instant.

On a beaucoup écrit sur cette superbe saga. Je voudrais donc parler d’un aspect peu commenté et analysé à mon goût : les qualités littéraires de A Song of Ice and Fire. Pour cela, intéressons-nous au premier tome de la saga, A Game Of Thrones. C’est mon tome préféré, à cause de sa structure particulière et de son souffle tragique, même si, comme de très nombreux fans, je suis fasciné par l’intensité dramatique que l’on retrouve dans A Storm of Swords, qui constitue l’apogée de l’histoire et les moments de lecture les plus plaisants.

Le Trône de Fer / A Game of Thrones - George R.R. Martin dans Le Trône de Fer / A Song of Ice and Fire eddard-stark

Eddard Stark, magistralement interprété par Sean Bean.

Un héros shakespearien

A Game of Thrones démarre de manière très classique : le héros, Lord Eddard Stark, règne sur son fief, le Nord, dans un esprit de justice. Ami du roi Robert, il a aidé ce dernier à conquérir son trône pour renverser le roi fou Aerys. Depuis, en fidèle soutien du roi, il maintient la paix et la prospérité sur le Nord du royaume. Et lorsque la Main du Roi Jon Arryn meurt brusquement, Robert demande tout naturellement à son ami Eddard de le remplacer. Eddard ne peut refuser, bien qu’il veuille rester avec les siens à Winterfell et rester éloigné des intrigues et de la politique du royaume. Il accepte, par fidélité et par devoir, de quitter son fief pour rejoindre la capitale et aider son ami à gouverner. Ainsi est Eddard Stark, il est tel Cincinnatus, ce général romain qui cultivait son champ pour assurer la prospérité de sa famille et qui rechignait à répondre aux appels au secours des sénateurs pour qu’il vienne sauver Rome.

Placé sur un piédestal par Martin, Eddard est l’incarnation du héros littéraire (et historique), que l’on retrouve depuis l’Iliade et l’Odyssée. Juste, valeureux, pieux, père et époux aimant, il est à la fois le guerrier grec, le général romain, le chevalier servant du Moyen-Age et le héros classique qu’ont loué les Anciens, les troubadours, les Corneille et Shakespeare. Le lecteur ne s’identifie pas nécessairement à lui mais on l’admire et le respecte.

Si l’on exclut les péripéties de Jon Snow et de Daenerys, A Game of Thrones est le tome qui est le plus homogène au niveau de l’intrigue. Chaque chapitre est intimement relié à celui d’après, bien que l’on suive un personnage différent à chaque chapitre. A la manière d’une pièce de théâtre, nous avons donc une unité d’action. Nous avons également une unité de lieu, puisque l’intrigue est d’abord centrée sur Winterfell puis ensuite sur Port-Réal, et ceci de manière quasi-exclusive tout au long du livre (avec un petit passage par les Eyrié et par les champs de bataille des Riverlands). On comprend alors peu à peu qu’Eddard est le héros d’une tragédie classique ou shakespearienne. Plongé dans une intrigue qui ne cesse de se complexifier, le lecteur observe Eddard lutter avec impuissance contre son destin. Dépassé par le machiavélisme de ses adversaires et leur audace, Eddard continue d’agir avec honneur et loyauté, ce qui précipitera sa perte. Plusieurs chapitres sont à ce titre de véritables scènes qui pourraient être tirées de tragédies. La force du livre et le talent de Martin résident dans l’intensité des rencontres et des échanges entre les personnages, portés par des dialogues mémorables, dont les phrases frappent et interpellent.

Parmi elles, voici celles qui continuent d’habiter ma mémoire : «When you play the game of thrones, you win or you die. There is no middle ground. », « I did warn you not to trust me, you know », « I am Syrio Forel, and you will now be speaking to me with more respect.»

 a-game-of-thrones-cover-196x300 A Game of Thrones dans Le Trône de Fer / A Song of Ice and Fire

Une fin mémorable qui marque le début d’une grande saga

Et il y a bien sûr la mort d’Eddard. Je me rappelle encore tourner les pages avec émotion, contenant avec peine mon immense tristesse, redoutant ce qu’il risquait de se produire, tandis que je l’entendais confesser en place publique des crimes qu’il n’avait pas commis, renoncer à ses titres et à tout ce qu’il possède, dans le seul but de sauver ses deux filles. Je voyais à travers les yeux d’Arya Ser Ilyn Payne s’avancer et accomplir sa sordide besogne. Contre toute attente, je voyais le héros mourir.

La mort d’Eddard marque certes un aboutissement, la fin du premier tome, mais elle marque surtout le commencement véritable de A Song of Ice and Fire. Le lecteur n’a qu’une seule envie : savoir si le royaume va sombrer dans la guerre et si le crime que constitue l’exécution d’Eddard sera puni. Complètement déstabilisé par la mort du héros, le lecteur est tombé dans le piège que l’auteur lui a tendu. Pris par surprise, il réalise combien le livre qu’il vient de lire est très différent des livres traditionnels, dont les dénouements sont si prévisibles. L’auteur conclue ainsi un pacte tacite avec le lecteur en lui promettant une superbe histoire jalonnée de rebondissements parfois cruels. Le titre de la saga prend tout son sens : A Song of Ice and Fire est une chanson (de geste ?) violente et puissante.

Martin abandonne ensuite la structure théâtrale du premier tome pour diviser définitivement son intrigue en de multiples sous-intrigues plus ou moins équivalentes en longueur et en complexité, portées par la narration interne de chacun des personnages. La force littéraire de la saga repose à partir du deuxième tome sur la confrontation entre les pensées du personnage que l’on suit à chaque chapitre, sa perception des événements et les actions qu’il entreprend en conséquence. C’était déjà le cas dans le premier tome mais de manière moins prononcée. Cela suppose un travail très subtil sur la psychologie des personnages, ce que Martin réussit très bien à faire. Les personnages les plus intéressants et les plus travaillés sont selon moi Tyrion, Sansa, Jaime et Theon/Reek. L’évolution de leur personnalité, de leurs attentes et de leurs ambitions au fil des tomes est très intéressante à suivre.

george-rr-martin-300x168 Eddard Stark

George R.R. Martin, né en 1948, a notamment travaillé pour des séries télévisées, en plus d'être écrivain.

 

Une œuvre universelle et intemporelle

Je suis fasciné par le succès de cette saga. Aidée par la superbe adaptation de HBO, A Song of Ice and Fire s’est imposée comme l’une des principales œuvres littéraires du début du XXIème siècle. Avec le triomphe de la série télévisée, elle est également devenu un phénomène culturel mondial. Tout le monde a son avis sur les livres et la série, chacun explique pourquoi tel personnage est son préféré…

Situer une intrigue dans un univers moyenâgeux teinté de fantasy était un pari risqué. Cependant, l’univers décrit évoque l’Antiquité et l’Europe du Moyen-Âge (Martin dit s’être notamment inspiré de la Guerre des Roses, la guerre civile anglaise qui vit s’affronter les maisons de York et de Lancastre) et donne ainsi un caractère historique à A Song of Ice and Fire. Martin aide ainsi le lecteur à se situer dans cet univers et donne à ses propos une valeur intemporelle, telle une fable ou une légende, connue de tous. Par ailleurs, A Song of Ice and Fire traite de thèmes éternels, déjà évoqués par les Homère, Chrétien de Troyes, Shakespeare, Corneille et Hugo, à savoir le pouvoir, la justice, l’honneur, la guerre et la paix…

Rien pourtant ne laissait présager un tel triomphe. A Game of Thrones connut un succès honorable à sa sortie en 1996 aux Etats-Unis mais ce n’est que peu à peu, grâce au bouche-à-oreille, que le succès est venu. La parution d’un nouveau tome était attendue par un public toujours plus nombreux et passionné, grandissant sans cesse. Je croise presque tous les jours dans les transports parisiens une personne lisant un tome de A Song of Ice and Fire.

Puisse-t-elle connaître le même plaisir que j’ai ressenti en lisant ces livres.

Mots-clefs :, , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus