Point d’étape n°8 : comment surmonter les mauvais commentaires et la concurrence ?

Les mois estivaux ont été particulièrement délicats. Alors qu’Eden a entamé le mois de juillet en figurant parmi les meilleures ventes de la catégorie Kindle en Science-fiction, elle plonge désormais lentement vers les profondeurs du classement. Analysons les causes de ce retournement de situation.

La première raison est évidemment la période estivale, période de vacances. Les ventes d’Eden ont commencé à précisément marquer le pas peu avant le 14 juillet. Ayant rempli leur Kindle, les vacanciers sont partis et ne sont plus allés sur la boutique Amazon.

Chute des ventes et mauvais commentaires

Point d'étape n°8 : comment surmonter les mauvais commentaires et la concurrence ? dans Points d'étape graphique-rang-eden-aout-20132

Eden a donc commencé à chuter dans le classement mais elle s’est maintenue à un rang tout à fait honorable : elle oscillait entre la 5ème et la 20ème place du classement des ebooks de Science-Fiction. Puis, lentement, elle commençait à se situer entre la 10ème et 25ème place… Puis à descendre jusqu’à la 40ème, 60ème … J’assistais, tout à fait impuissant, à cette lente descente, cette glissade que je redoutais et contre laquelle je ne pouvais rien faire.

La situation s’est encore compliquée lorsque j’ai reçu, aux alentours du 20 juillet, ce commentaire négatif, le premier qu’Eden recevait (jusque-là, Eden n’avait reçu que des notes 5 étoiles) :

commentaire-2-etoiles-eden1 Amazon dans Points d'étape

Le commentaire 2 étoiles d'Eden

Je trouve le commentaire un peu cruel. Je comprends tout à fait que le lecteur ait pu être déçu. Moi-même, j’ai souvent été déçu lorsque l’on me disait grand bien d’un livre ou d’un film et que le résultat n’était pas à la hauteur de l’attente. Je reconnais volontiers que les personnages sont caricaturaux. Cependant, pour une nouvelle d’une centaine de pages, il est difficile de donner de l’épaisseur aux personnages, surtout qu’ils sont nombreux. Ensuite, l’histoire veut que des militaires côtoient des scientifiques. Le contraste entre les différentes personnalités est donc flagrant. En revanche, concernant le personnage principal, c’était une volonté de ma part de créer un personnage effacé, peu sûr de lui. Il est le spectateur et l’acteur involontaire d’événements qui le dépassent complètement. Je suis peiné de constater que je me suis mal fait comprendre par ce lecteur.

Les mauvais commentaires : source d’amélioration

Quelles leçons tirer de ce commentaire négatif ? Il faut accepter les commentaires et surtout ne pas tenter de les ignorer ou les oublier. Il y a bien sûr des commentaires qui ont pour seul objectif de dénigrer, de marquer un certain mépris pour le livre mais il faut entendre le message qu’ils veulent faire passer. Vous progresserez bien plus en travaillant les points faibles que les lecteurs pointent qu’en essayant de répéter vos points forts.  En l’occurrence, ce commentaire m’a montré que je dois améliorer mon travail sur la psychologie de mes personnages et que les attentes des lecteurs sur l’intrigue peuvent être très élevées.

Au-delà de l’impact qu’ils peuvent avoir sur les ventes, les commentaires sont essentiels pour un écrivain pour savoir ce que les lecteurs ont pensé du livre. J’ai vendu des centaines d’exemplaires d’Eden, je ne connais l’avis que de quelques-uns seulement…

Étrangement, ce commentaire n’a pas eu d’impact sur les ventes puisque elles ne se sont pas arrêtées, elles ont continué sur la même dynamique qui venait de débuter quelques jours plus tôt. En revanche, après ce deuxième commentaire, les ventes se sont véritablement enrayées :

commentaire-3-etoiles-eden auto-édition

Le commentaire 3 étoiles d'Eden

Je regrette que ce commentaire soit écrit un peu à la « va-vite » mais c’est ainsi… Peu après son apparition, les ventes ont franchement marqué le pas. Recevoir deux mauvais commentaires coup sur coup a été fatal. Le mois d’août a ainsi vu Eden disparaître du TOP 20 et naviguer dans la dernière partie du classement. Elle a même quitté plusieurs fois le TOP 100.

Par bonheur, Eden a ensuite reçu 3 commentaires 5 étoiles, publiés vers la fin août. Ils m’ont redonné espoir et m’ont fait très plaisir. Les ventes ont même redémarré après leur publication.

Ce qu’il faut retenir

Durant toute cette période, j’ai fait très peu de « marketing », notamment au mois d’août, puisque j’étais en vacances. Par marketing, j’entends « actions de visibilité » : messages Twitter, posts Facebook, articles sur mon blog… Ce n’est donc pas du marketing au sens littéral du terme mais plutôt de la communication. Cela a été une erreur car la combinaison vacances/absence de communication peut se révéler fatale.

Nous pouvons tirer les enseignements suivants :

1. Les mois de juillet et d’août sont très peu propices aux ventes d’ebooks (mais on s’en doutait déjà, je vous l’accorde),

2. Les commentaires client ont un impact quasi immédiat sur les ventes en les orientant à la hausse ou à la baisse et il suffit d’un ou deux commentaires négatifs pour enrayer la dynamique (même après 12 commentaires 5 étoiles). On constate surtout que les commentaires négatifs ont plus d’impact que les commentaires positifs.

3. Ne jamais relâcher l’effort sur les actions de communication. Même limitées, celles-ci permettent tout simplement de rappeler sa présence et de montrer que l’on reste prêt à échanger et partager avec les lecteurs et les internautes. J’étais certes en vacances, avec un accès Internet parfois très limité mais j’aurais pu mieux faire.

Et le mois de septembre ? Les ventes n’ont pas été bonnes, bien inférieures aux mois précédents.

J’ai pourtant eu une très grande visibilité, notamment grâce à :

- l’interview vidéo que j’ai réalisée avec le site monBestSeller.com (cliquez ici pour visionner l’interview)

- la chronique d’Eden faite par Justdream sur le forum Lecture Imaginaire (lire ici la chronique) et la chronique faite par Anthony Boulanger sur son blog (lire ici la chronique)

Si la communication et la visibilité sont importantes, cela prouve qu’elles ne font pas tout et que les ventes dépendent de facteurs plus structurels, notamment la concurrence.

Que faire face à la concurrence ?

Un nouvel élément est apparu en ce mois de septembre : la concurrence. Le phénomène SF venu des États-Unis Silo a été publié en français et a envahi le TOP 20 de la catégorie science-fiction Kindle avec ses nombreux tomes. De même, ma collègue auto-éditée du forum Saisons d’écriture Sg Horizons a rencontré un grand succès avec sa saga dont les tomes sont très bien positionnés. Je lui souhaite d’ailleurs une excellente continuation. Et enfin, on remarque la présence dans le classement d’une nouvelle saga de P.-J. Hérault composée de nombreux tomes… dont certains ne sont pas encore sortis ! Le fait que des livres qui ne soient pas encore parus puissent figurer dans le TOP 100 me laisse songeur… Le « classement » Amazon n’en est pas à sa première incohérence.

Cette nouvelle concurrence a éclipsé Eden. Je constate qu’hormis de rares ebooks, dont certains classiques comme les Jules Verne, George Orwell et l’auteur auto-édité Jacques Vendroux avec son best-seller Les pierres couchées, la grande majorité des ebooks qui côtoyaient Eden ces derniers mois ont également disparu du TOP 20 voire du TOP 100. Je m’interroge donc sur la durée de vie d’un ebook. On pourrait penser qu’au vu de ce renouvellement rapide, la durée de vie d’un ebook serait très courte, de quelques mois à peine. Compte tenu également de la taille du marché (qui est très petit), tout laisse croire qu’effectivement un ebook ne peut pas espérer faire plus de 500 ou 1000 ventes, même s’il se vend bien, à l’exception évidement des best-sellers et des classiques (même si le jugement doit être nuancé pour les classiques puisque finalement très peu de grands noms figurent dans le TOP  100). Un ebook n’aurait donc que quelques mois à vivre ? Je n’ai pas la réponse.

top-10-kindle-sf commentaire

Le TOP 10 des ventes de Science-Fiction sur Kindle le 25/09/2013

Que faire face à la concurrence ? On remarque que les sagas et les séries tiennent une place de choix dans le TOP 100, preuve qu’il y a une attente des lecteurs. Une seule solution pour lutter contre la concurrence : faire mieux et/ou différent. Cela passe d’une part par la qualité du livre, bien sûr, mais il est difficile de réécrire un livre si le vôtre est déjà publié. D’autre part, cela passe également, encore et toujours, par la communication et le marketing. Cependant, nous avons vu à quel point le TOP 100 d’Amazon était fluctuant, instable, c’est pourquoi il est essentiel d’adopter une vision de long terme.

La clef du long terme est de garder le contact avec son lectorat. Il faut échanger avec les lecteurs, dialoguer avec eux. Comme je l’ai si souvent dit, c’est grâce à ce contact que vous deviendrez meilleur écrivain et que vous obtiendrez selon moi, la meilleure expérience possible, c’est-à-dire partager votre passion avec le plus grand nombre.

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

6 Réponses à “Point d’étape n°8 : comment surmonter les mauvais commentaires et la concurrence ?”

  1. Edmond Marcks
    1 octobre 2013 à 14 h 06 min #

    Bonjour,

    J’ai trouvé cette article très intéressant concernant votre ressenti sur cette situation délicate. Je pense que grâce à votre article je pourrais au mieux vivre ces moments là quand ils arriveront pour moi.

    Je suis un jeune auteur et je recherche des conseils concernant l’édition de mes écrits auriez vous des conseils à me donner? Des maisons d’édition intéressantes à me proposer?

    Merci d’avance et bonne journée

    • thibaultdelavaud
      1 octobre 2013 à 21 h 16 min #

      Bonjour et merci pour votre commentaire. Concernant les conseils, j’ai en beaucoup, je parle de tout mon parcours dans ce blog, je pense que de nombreux articles peuvent vous intéresser.

      Concernant les maisons d’édition en revanche, je n’ai jamais sollicité de maisons d’édition, je suis directement passé par l’auto-édition donc je ne peux pas vous aider sur ce sujet.

      Si vous avez d’autres questions ou des remarques, n’hésitez pas à me contacter par mail via l’espace « Me contacter » sur ce blog, je vous répondrai le plus rapidement possible.

      A bientôt !

  2. JC Heckers
    8 octobre 2013 à 10 h 29 min #

    Il y a deux choses que j’en viens à considérer:
    - pour l’ouvrage, le commentaire positif assoit la crédibilité, et le met en bonne posture; mais ça ne suffit pas, un seul commentaire négatif devient comme une épine dans le pied – on ne l’arrachera pas, parce que ce n’est ni possible ni souhaitable, et il faut avoir bien conscience que c’est celui-ci qui sera de préférence retenu par l’acheteur potentiel parce que bien plus visible;
    - pour l’auteur, le commentaire négatif est une source de questionnement: où ai-je pu faire fausse route? est-ce que vraiment je dois tenir compte d’un avis, surtout s’il est isolé et mal argumenté?
    Je crois que le commentaire négatif doit susciter réponse plus encore que le commentaire positif: il faut limiter la casse, voire renverser la situation en sa faveur. Et puis comme ça, l’auteur ne passe pas pour un cuistre méprisant. Plus encore, un commentaire critique (un tantinet acerbe, parce que parfois l’auteur mérite d’être titillé) devrait obliger l’auteur à ne pas le laisser de côté; c’est autant une exigence de respect du lecteur qu’une façon de montrer qu’on n’est pas trop obtus (ou imbu de soi-même) et qu’on est ouvert à toute discussion. Faire l’impasse, répondre seulement aux avis positifs, est un mauvais calcul. Le résultat ne peut qu’être celui-ci: « Cet auteur qui me dédaigne ne mérite pas que j’y fasse attention à l’avenir ». Il faut faire en sorte, si possible et avec le sourire, qu’un lecteur déçu puisse nous revenir. Dans tous les cas de figure, il faut faire sentir que l’avis émis nous importe, même si, en définitive, nous ne souhaitons pas en tenir compte – pour des raisons justifiées.

    PS: « tout laisse croire qu’effectivement un ebook ne peut pas espérer faire plus de 500 ou 1000 ventes, même s’il se vend bien, (…) ». C’est sans doute la loi d’un système, qui veut désormais le renouvellement rapide, et je pense que c’est aussi valable pour l’édition traditionnelle que pour l’auto-édition, que ce soit en numérique ou en papier. On finit peut-être aussi par épuiser son lectorat potentiel. Quoique je ne suis pas très sûr. J’ai un ‘Bazar des Anges’ sur Feedbooks, donc en gratuit (et c’est un choix délibéré) qui depuis un an récolte sans faiblir quelque chose comme 123 téléchargements mensuels. Sans efforts particuliers de communication, je pensais qu’il finirait par sombrer dans le classement, il a réussi à ma grande surprise à se hisser à la seconde place du classement en fantastique (le première place étant dûment occupée par un livre que je recommande plus que chaudement). Est-ce le jeu de la gratuité qui paie? Non, plutôt que le renouvellement est faible et que donc les ouvrages ont une durée de vie plus qu’honorable. Toute la différence est peut-être là, il n’y a pas à lutter contre le flux sinon l’afflux de nouvelles parutions, quoiqu’en tant que lecteur je puisse trouver ça un peu frustrant. (Par ailleurs, les commentaires sont rarissimes, ce qui est très dommage; c’est le défaut majeur de Feedbooks… l’absence d’un possible « feedback ».)

    • thibaultdelavaud
      8 octobre 2013 à 20 h 06 min #

      Merci pour ce commentaire qui apporte davantage de précision à mon propos. Je ne connaissais pas feedbooks, je viens de faire un tour et ce site m’a l’air très intéressant, je suis étonné de ne pas en avoir entendu parler plus tôt !

      Concernant le renouvellement des ebooks, le rythme peut sembler effrené et je pense qu’il faut également voir la une faiblesse du classement Amazon qui privilégie l’instant T et pas le moyen terme ce qui donne des évolutions erratiques, la sortie du classement prématurée d’un livre , sa réapparition peu de temps après… Ce qui est dommage, c’est qu’il est très difficile pour le lecteur de s’y retrouver. Il se retrouve perdu dans la jungle des ebooks…

      A bientôt !

  3. Edmond Marcks
    22 octobre 2013 à 11 h 42 min #

    Bonjour, tout d’abord merci pour votre réponse.

    J’ai suivi les conseils présent sur votre blog et je me suis enfin lancé et après avoir effectué quelques recherches et contacter bon nombre de maisons d’éditions, j’ai enfin trouvé mon bonheur chez 7ecrit (site web: http://www.7ecrit.com).

    Ils ont tout de suite accroché à mon style d’écriture et le fait que je sois débutant n’a dérangé en aucun cas.

    Ils ont pour vocation principale de publier les premiers ouvrage des nouveaux auteurs, de permettre au grand public de les découvrir.

    C’est ce qui m’a le plus encouragé à prendre contact avec eux dans un premier temps puis m’engager avec dans un second temps.

    L’avantage est également qu’ils n’ont pas de ligne éditoriale stricte, ils acceptent tout types d’écriture tant que ça leur plait.

    De plus ils publient autant au format livre qu’au format numérique adapté aux eBook, Kindle et autres liseuses numériques. Aujourd’hui c’est un point fort étant donné que les habitudes littéraires des lecteurs changent et que beaucoup préfère les eBook.

    Merci beaucoup pour votre soutien et je vous conseille de jeter un oeil sur cette maison d’édition qui pour moi fut une vraie révélation.

  4. YvesK
    9 novembre 2013 à 10 h 44 min #

    Bonjour,
    En relisant cet article et en me rendant sur le Top 100, je constate qu’une méthode assez performante permet d’évincer une partie de la concurrence.

    Silo est le bon exemple : en saucissonnant ce roman en plusieurs e-book, l’éditeur truste plusieurs places du classement au lieu d’un seule. Par conséquent, les ouvrages de la fin de la liste sont automatiquement évincés.

    C’est beau, c’est simple,…

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus