La traduction de Game of Thrones est-elle si mauvaise ?

Pour certains, la traduction française de Game of Thrones (ou plus exactement de A song of Ice and Fire) est ratée. Pour d’autres, elle est très réussie. On reproche au traducteur, Jean Sola, de ne pas avoir respecté le style (simple et direct) de George R.R Martin en donnant au récit un ton archaïsant et soutenu, contraire à l’esprit de l’auteur. Alors que la saga est devenue une œuvre incontournable, lue par des millions de lecteurs francophones, la qualité de la traduction a fait l’objet d’un débat passionné parmi les fans.

Dans le camp des « pour », on souligne la très bonne traduction des noms propres (même si un peu discutable pour certains), un style qui a enjolivé le texte original, l’ancrant davantage dans un registre moyenâgeux et soutenu. 

Dans le camp des « contre », on fustige la traduction des termes direwolf et kraken par exemple et plus généralement l’emploi d’un registre soutenu, qui ne colle pas forcément à l’esprit du livre et au style de l’auteur.

Pour ma part, j’ai lu les deux premiers tomes de la saga en français avant de basculer en anglais. Il est vrai qu’on est étonné par le changement : phrases plus courtes, syntaxe simple…

Tableau des traductions des lieux :

Tableau lieux

Tableau des traductions de certains termes et noms propres :

Tableau noms communs et propres

Pour juger l’écart de la traduction je me suis amusé à comparer des passages du tome 1, A Game of Thrones, entre l’original et la traduction. Je me suis concentré sur deux citations parmi les plus emblématiques.

« The things I do for love »

« Ce que me fait faire l’amour, quand même ! »

Cette phrase est prononcée par Jaime peu avant qu’il ne précipite dans le vide Bran. On pourrait la traduire littéralement par « Les choses que je fais par amour » mais évidemment, ça ne « sonne » pas très bien. « Ce que me fait faire l’amour» est une excellente traduction, elle restitue parfaitement le sens de la phrase. Mais pourquoi ajouter le « quand même ! » ? Cela correspond peu à la psychologie de Jaime et surtout, cela ne colle pas très bien à la situation. Pourquoi ne pas avoir traduit simplement par « ce que l’amour me fait faire » ou même par « voici ce que me fait faire l’amour » ?

« I did warn you not to trust me, you know. »

« Ce n’est pourtant pas faute de vous avoir prévenu [...] qu’il ne fallait pas vous fier à moi »

Ce sont les paroles que prononce Littlefinger à Ned Stark au moment de le trahir. Le traducteur « sur-traduit » cette phrase. En anglais, lorsque la base verbale est précédée par l’auxiliaire (que l’on omet à la forme affirmative), cela signifie que l’on met le verbe en emphase. Cependant, la tournure choisie par le traducteur est excessivement emphatique : « Ce n’est pourtant pas faute ». Surtout, le « you know » n’est pas traduit. Le traducteur a sans doute été gêné par le niveau de langage courant voire familier du « you know », qu’il ne pouvait pas traduire en ayant choisi une tournure si soutenu et emphatique avec : « Ce n’est pourtant pas faute… ». Mais pourquoi ne pas avoir opté pour une traduction simple, comme : « Je vous avais pourtant bien dit, qu’il ne fallait pas me faire confiance, voyons » ? Peut-être que Jean Sola voulait accentuer la trahison de Littlefinger…

Jaime Lannister

Ainsi, la traduction de Jean Sola n’est pas mauvaise ni même erronée mais le traducteur a choisi un parti pris risqué, à savoir enjoliver et densifier le texte original, ce qui peut heurter le lecteur. Il ne faut cependant pas oublier que le premier tome est paru en 1996 (plus de quinze ans !) et que la notoriété de la saga était à cette époque très faible, d’où une plus grande liberté laissée au traducteur. De toute manière, aucune traduction n’est parfaite puisqu’il est impossible de restituer toutes les nuances d’une langue étrangère. Aucune langue n’est identique ou équivalente à une autre et comme le dit le proverbe italien : « traduttore, traditore ». 

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

12 Réponses à “La traduction de Game of Thrones est-elle si mauvaise ?”

  1. jaclyn
    29 avril 2014 à 8 h 20 min #

    bel article, j’ai apprécié!

    Dernière publication sur Pas de nouvelles bonnes nouvelles : Une secrétaire en péril (Episode 40: Autour du monde)

  2. Morgane
    2 mai 2014 à 22 h 24 min #

    Personnellement, j’ai lu les quatre premiers bouquins en français puis je suis passée à l’anglais quand ADWD est sorti. J’ai beaucoup aimé la traduction française de Sola, au point d’être un peu « déçue » quand je suis passé à l’original. Ce n’est pas que le style de Martin soit mauvais, ses phrases sont vraiment percutantes et bien tournées, mais Sola donne plus de vie à l’univers médiéval de Westeros, à mon avis, c’était un plaisir de lire sa traduction. Après je comprends tout à fait ceux qui n’aiment pas et pensent qu’il a « trahi » l’œuvre originale, moi je pense juste qu’il l’a améliorée.

    C’est vrai que « Ce que me fait faire l’amour, quand même ! », c’était pas le mieux quand même…

    A noter que Jean Sola ne s’occupe plus de la traduction de la saga depuis ADWD. Je ne sais pas du tout ce que vaut le nouveau traducteur.

    • thibaultdelavaud
      3 mai 2014 à 22 h 31 min #

      Merci de partager votre avis. Je pense que Sola a voulu enrichir la traduction pour mieux coller à l’univers et sans doute, « attirer » les lecteurs. En soi cela ne me gêne pas mais je regrette que sur certains passages clés, il ait continué de « sur traduire » alors que Martin voulait précisément des phrases lapidaires et marquantes. Je ne sais pas non plus ce que vaut la nouvelle traduction mais c’est une tâche difficile, surtout compte tenu le parti pris par Sola.

  3. AriSeldon
    31 mai 2014 à 0 h 16 min #

    Bonsoir,
    Je partage les remarques sur les exemples que vous citez, mais Je suis bien moins indulgent .
    Je viens juste de lire le prologue et le premier chapitre du tome 1. Et pour moi c’est consternant.

    Lourdeur et uniformité dans le style :
    « Tout grelottant, Will étreignit plus étroitement son perchoir et, plaquant sa joue contre l’écorce, en savourait le doux contact gluant quand, émergeant de la lisière ténébreuse, parut une ombre, juste en face de Royce »

    « Or comme, mains soudain molles et paupières closes sur une prière, Will laissait tomber les morceaux d’épée, de longs doigts élégants lui frôlèrent la joue puis s’attachèrent à sa gorge »

    Un vulgaire braquemart, bien moche, à la poignée décolorée par la sueur, à la pointe émoussée pour avoir trop servi, mais qu’il jaillît seulement du fourreau, et le ser nobliau, sa peau… pas un liard

    Choix des mots et images douteux :
    « …des tripotées de factions… »;
    « …à la vaste pelisse de zibeline des palpitations quasi animales . »;
    « …un regard où flambait le meurtre ».
    « …Tu gâtouilles… »;
    « …de rochers sournois à point pour faire trébucher »;
    « …froufrouter les feuilles… »
    « … les épées se croiser, de subir chaque fois leur bizarre couinement d’angoisse »
    « la lune poursuivait sa lente reptation. »

    Traduction mot à mot :
    Dismount est traduit démonter au lieu de descendre de che… ou mettre pieds à terre.
    « The twilight deepened » devient « le crépuscule se creusait », déclinait aurait été plus correct.

    Contre sens:
    « Ser Waymar may have felt the cold that came with them, but he never saw them, never heard them. …. Behind him, to right, to left, all around him, the watchers stood patient, faceless, silent,the shifting patterns of their delicate armor making them all but invisible in the wood »
    Sola traduit l’opposé.
    « Dans son dos, à sa droite comme à sa gauche, formant cercle autour de lui, les spectateurs patientaient, muets, sans visage et pourtant tout sauf invisibles, en dépit de leur parfaite immobilité, car ils avaient beau ne se mêler de rien, le chatoiement perpétuel de leur précieuse armure empêchait de les confondre avec la forêt »

    Ce n’est qu’une liste non exhaustive de griefs valables pour le Prologue.
    Je n’ose imaginer la suite.

    • thibaultdelavaud
      31 mai 2014 à 11 h 07 min #

      Bonjour,

      merci pour votre commentaire très intéressant et votre précieuse contribution au débat. Effectivement, la traduction du prologue laisse pantois. J’espère (peut-être suis-je naïf) qu’il s’agit une fois encore d’un parti pris très osé (et risqué) de Sola et non pas d’erreurs. Je demeure en tout cas très dubitatif sur la valeur ajoutée de la traduction par rapport au texte original. Cela pose également plusieurs questions : est-ce que la traduction a été relue et revue par un tiers avant d’être publiée ? Si non, est-ce toujours le cas pour n’importe quel livre ? Ou alors est-ce que l’éditeur français a accepté ce parti pris ? Pourquoi ce traducteur a-t-il été choisi et pas un autre ? Questions dont j’aimerais connaître la réponse…

      En tout cas, si cela peut convaincre les lecteurs de lire le texte en version originale !

  4. Lancelot
    7 août 2014 à 23 h 02 min #

    Pour revenir sur certains exemples de AriSeldon :

    « …un regard où flambait le meurtre »
    « … les épées se croiser, de subir chaque fois leur bizarre couinement d’angoisse »
    « la lune poursuivait sa lente reptation»

    Personnellement, je trouve ces tournures très réussies ! (surtout la dernière)

    En revanche, ayant lu le tome 1 et ayant été difficilement accroché par le style, il est nécessaire de passer les 50 premières pages pour voir une nette amélioration.

    Pour moi, ce qui pêche totalement dans la traduction française, c’est de ne pas avoir fourni la liste des personnages par maison. J’ai du imprimer celle que j’ai trouvé sur le net pour pouvoir suivre correctement l’histoire.

  5. MOREAU
    15 mars 2015 à 16 h 02 min #

    Je trouve moi aussi lamentable la traduction , rien ne m’énerve plus que de lire démonter au lieu de mettre pieds à terre quand à SER mot inventé pourquoi ne pas avoir utilisé sire.
    le traducteur aurait du relire les traductions de Tolkien ou de relire le roman de renard de renard pour s’imprégner du style moyen-ageux.

  6. Titoune
    14 avril 2015 à 15 h 31 min #

    Je suis également très vite passée à la version originale après avoir lu les 2 premiers volumes en français
    Il y avait vraiment des tournures de phrase que je trouvais trop « alambiquées »
    Bien sur, j’ai également fait la comparaison et certaines me laissent quand même assez perplexe, me font beaucoup rire aussi

    Mes préférées sont celles-ci :

    Version Originale :
    There were times, not many but a few, when Jon Snow was glad he was a bastard.

    Traduction :
    Ainsi qu’il lui advenait parfois à l’improviste, mais de loin en loin, le sentiment de sa bâtardise enchanta soudain Jon Snow.

    Version Originale :
    - Who built that ? Some king ?
    - No. Just the men who used to live here
    - What happened to them ?
    - They died or went away

    Traduction:
    - Qui c’est qu’a construit ça, que c’est tout en pierre ? Un roi ?
    - Non. Simplement les hommes qui vivaient là.
    - Et il leur est arrivé quoi, qu’y en a plus ?
    - De mourir ou de s’en aller.

    Euuuuuh pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué finalement ?

    Me suis demandée si ces traductions à rallonge n’étaient pas faites pour justifier le découpage français en 4 volumes finalement…

  7. Jean-Paul Deshayes
    27 décembre 2015 à 19 h 22 min #

    Oui, en effet, des allongements injustifiés / verbiage dans les traductions citées plus haut.

    Suggestions: « The things I do for love »

    Traduction : « Que ne ferais-je pas par amour ! »

     » I did warn you not to trust me, you know. »

    Traduction :
    « Je vous avais pourtant bien prévenu de ne pas me faire confiance,  »

    Jean-Paul Deshayes

  8. Banana
    30 décembre 2015 à 19 h 23 min #

    Pour les traductions de lieux, notez quand même que :
    - « Peyre » signifie « Pierre » en occitan ; on le retrouve par exemple dans pas mal de nom de villages, mais aussi dans des toponymes comme « Col de Peyresourde »… Donc « Peyredragon » pour « DragonStone » me paraît plutôt futé, en fait.
    - de même, »Aigues » signifie bien « eaux » en occitan – Aiguesvives existe d’ailleurs, c’est un bled en Ariège. Ça me paraît donc une excellente traduction de « Riverrun ».

  9. Romain
    6 janvier 2016 à 20 h 23 min #

    La chute de ton article est superbe.

    • thibaultdelavaud
      10 janvier 2016 à 18 h 08 min #

      Une pensée pour Mlle Cuny ;)

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus