Point d’étape n°16 : retour à l’écriture

Les dernières semaines ont été riches en événements. C’est donc l’occasion de faire un nouveau point d’étape.

Record de fréquentation du blog

Mon article, Le mythe de la rémunération des auteurs a suscité de très nombreuses réactions et a engendré un record de fréquentations sur mon blog : plus de 400 visiteurs uniques en trois jours. Afin de compléter mon propos, j’ai écrit un deuxième article intitulé La gratuité paye-t-elle ? Celui-ci a néanmoins rencontré un succès moindre. J’ai été heureux de voir le succès de l’article et de constater qu’il a soulevé un débat. J’ai toujours beaucoup apprécié dans l’autoédition, par la nouveauté et les perspectives qu’elle apporte, le fait que de nombreuses questions n’ont pas de réponse toute faite et qu’il faille expérimenter et échanger pour obtenir des réponses.

J’ai écrit un autre article, intitulé Pourquoi les livres autoédités sont-ils mauvais ? mais compte tenu des réactions suite à mes articles sur la rémunération des auteurs et la gratuité, j’ai décidé d’attendre quelques semaines avant de le publier. Il risque en effet de faire un peu polémique (comme l’indique le titre).

Interviews et visibilité Iggybook

J’ai également donné deux interviews au site Auteurs Indépendants de Charlie Bregman. La première, consacrée à mon travail d’auteur, est parue cette semaine, vous pouvez la lire ici. La seconde, consacrée à mon parcours dans l’autoédition et mon regard sur cette dernière, sera publiée mardi. J’ai beaucoup apprécié répondre aux questions de Charlie. Je le remercie de m’avoir donné la parole.

Iggybook m’a fait l’honneur de figurer en page d’accueil de son site. J’ai à l’heure actuelle une poignée de « followers » via Iggybook. J’espère que leur nombre va croître car l’interface proposée permet d’échanger avec les lecteurs et de leur présenter mes livres. Je regrette qu’Iggybook n’existait pas en 2013, période où mes livres ont rencontré le plus de succès et durant laquelle je n’ai pas réussi à « capter » mes lecteurs, à garder contact avec eux. 

Du côté des ventes, toujours pareil : rien ou presque. Le graphique ci-dessous montre bien à quel point le rythme des ventes est au point mort, surtout en comparaison de l’année dernière. Si j’avais fait figurer les chiffres de l’année 2013, la comparaison serait encore plus cruelle. Au risque de me répéter, les causes de cet échec sont parfaitement identifiées : mes livres ont « vécu », cela fait plus de deux ans qu’ils ont été publiés et je ne fais plus aucune action marketing depuis de très longs mois, à la fois par lassitude (je n’aime pas trop cela et je ne suis pas doué) et également par impuissance (je ne sais pas vraiment quoi faire). Certains de mes livres sont également disponibles en vente « directe » sur Iggybook mais aucune vente n’a été enregistrée pour le moment, je n’ai quasiment pas communiqué dessus.

Graphique ventes janv 14 avril 15

Écriture de Chronos

La bonne nouvelle, c’est que j’ai réussi à dégager un peu de temps pour avancer dans la rédaction de Chronos, une nouvelle de science-fiction dont j’ai débuté la rédaction il y a quelques mois. Un retour à l’écriture est salutaire.

Stylo et journal

Photo de Bob AuBuchon (CC-BY-NC-ND)

Il s’agit, comme pour mes précédentes nouvelles, de science-fiction « soft », un récit d’anticipation, dans un univers très semblable au nôtre.

Quelle est l’histoire ? Dans un avenir assez proche, le voyage dans le temps, ou plus exactement dans le futur, est rendu possible par la NASA, après des décennies de recherche. Un scientifique est choisi pour être le premier voyageur temporel et vérifier ainsi que le dispositif conçu par la NASA fonctionne. Mais le voyage ne va pas se dérouler comme prévu…

Au-delà de l’histoire, je souhaite offrir au lecteur une réflexion sur le temps, sur le progrès scientifique et surtout, qu’ils s’identifient aux deux personnages principaux, deux scientifiques aux personnalités très différentes. Je souhaite montrer comment les enjeux de leurs découvertes vont bouleverser leur vie personnelle et leur vision du monde.

C’est encore assez embryonnaire et je rencontre des difficultés. J’ai en effet du mal à donner au récit une structure claire : les idées foisonnent et je ne suis pas certain de savoir lesquelles sont bonnes. Je dois donc faire face à de nombreuses hésitations et dois procéder à des arbitrages pas toujours évidents. Afin de tout de même progresser, j’ai déjà écrit des chapitres et passages clés, quitte à les remanier par la suite. Je n’écris pas du tout de manière linéaire, mais davantage par contrainte que par choix. La deuxième difficulté tient au traitement des personnages et notamment des deux personnages principaux. J’ai réussi à bien cerner et à donner une identité à l’un d’entre eux mais j’ai du mal pour le second.

J’espère pouvoir continuer sur ma lancée et progresser rapidement dans la rédaction.

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

2 Réponses à “Point d’étape n°16 : retour à l’écriture”

  1. Guy Morant
    25 mai 2015 à 19 h 03 min #

    Bonsoir Thibault,

    C’est toujours intéressant de te lire et d’avoir des nouvelles de ton travail. Chronos paraît prometteur. J’ai hâte de le lire.

    Je serais également curieux de lire Pourquoi les livres autoédités sont-ils mauvais ? L’approche volontairement polémique renvoie, me semble-t-il, à un questionnement que tout auteur indépendant devrait accepter. Puisque le principe de l’auto-édition est l’absence de censure éditoriale, le risque de parution de mauvais livres est infiniment plus grand que dans l’édition traditionnelle. Est-ce à cela que tu fais allusion ?

    • thibaultdelavaud
      25 mai 2015 à 22 h 14 min #

      Bonjour Guy, c’est effectivement un des aspects que j’aborde dans l’article. Sans vouloir trop en dévoiler, cet article a davantage pour but de secouer les auteurs indépendants qu’évidemment dire : « les auteurs auteurs autoédités sont nuls ». La date de parution approche… :-)

Répondre à Guy Morant

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus