Interview de Camille Mofidi, responsable Europe de Kobo Writing Life

Camille Mofidi est la responsable pour l’Europe de Kobo Writing Life, la plateforme d’autoédition numérique de Kobo. J’ai rencontrée Camille à l’occasion du Salon du livre 2014 et je suis très heureux de l’accueillir aujourd’hui sur mon blog.

Bonjour Camille. Pourriez-vous tout d’abord nous expliquer en quoi consiste votre rôle au sein de Kobo ?

Bonjour Thibault et merci de m’accueillir sur votre blog.

Mon rôle de responsable pour l’Europe de la plateforme Kobo Writing Life chez Kobo consiste à accompagner les auteurs autoédités européens dans leur stratégie de publication, notamment en leur apportant des informations sur KWL et son fonctionnement, ainsi que des conseils pour optimiser la présence de leurs livres sur Kobo.

La plateforme KWL permet à tout auteur de publier et vendre ses livres numériques au format ePub sur la librairie Kobo partout dans le monde, ainsi que sur la librairie de notre partenaire Fnac en France. L’auteur garde le contrôle sur ses droits, son prix de vente, ses promotions, etc. Il peut bénéficier en outre d’une conversion gratuite au format ePub depuis un document Word ou Open Office ou Mobi. L’inscription au portail, gratuite et sans exclusivité, permet également à l’auteur de suivre ses ventes en temps réel grâce à un tableau de bord personnalisé.

PhotoCamilleMofidi

Camille Mofidi, responsable Europe Kobo Writing Life

Quelle est votre analyse de la situation actuelle de l’autoédition en France et en Europe ?

On a pu observer en France pendant longtemps des réticences du milieu du livre à l’égard de l’autoédition. Lorsque l’on discute avec les auteurs autoédités dans les autres pays européens, ceux-ci notent également une certaine mise à l’écart de la part du milieu traditionnel à l’égard de l’autoédition, vue par certains comme un vivier d’ouvrages de mauvaise qualité, publiés sans le filtre d’un éditeur. Pourtant, dans tous ces pays, des livres autoédités émergent de plus en plus sur les plateformes comme la nôtre et des éditeurs se mettent à proposer des contrats à leurs auteurs, montrant par là l’existence de passerelles entre édition traditionnelle et autoédition. L’enjeu pour l’autoédition en France et en Europe est l’avènement d’une autoédition professionnelle et de qualité, où les auteurs n’hésitent pas à s’entourer si besoin des services de professionnels pour la correction ou la relecture de leur manuscrit, la création de couverture, le marketing et la promotion, mettant ainsi toutes les chances de leur côté pour voir leur livre trouver son public.

Combien de livres autoédités sont présents dans la boutique Kobo ? Combiens d’auteurs sont inscrits à Kobo Writing Life ? Quelle est la part du chiffre d’affaires de Kobo générée par des livres autoédités ?

Les chiffres globaux les plus récents font état de près de 400 000 titres publiés par environ 45 000 auteurs venant de 165 pays différents et publiant en 82 langues. Les livres autoédités représentent aujourd’hui entre 12% et 18% des ventes en volume de Kobo, selon les pays. Ce secteur connaît d’ailleurs une très forte croissance quel que soit le pays concerné. Après la langue anglaise, le français et l’allemand figurent parmi les langues ayant la progression la plus importante.

Les livres autoédités représentent aujourd’hui entre 12% et 18% des ventes en volume de Kobo, selon les pays

WL-KOBO-CMYK

Sur quels projets et perspectives de développement Kobo travaille-t-il actuellement ?

Au niveau de Kobo, le projet majeur actuellement à l’œuvre est le rapprochement avec la société OverDrive, dernière acquisition du groupe Rakuten auquel appartient également Kobo et avec lequel des synergies sont possibles notamment sur le marché des bibliothèques.

En ce qui concerne Kobo Writing Life, nous travaillons actuellement à donner davantage de moyens aux auteurs pour assurer leur promotion : la création d’un nouvel outil à disposition des auteurs KWL et allant dans ce sens devrait être annoncé dans les prochains mois. Par ailleurs, nous réfléchissons actuellement à une solution de POD facile d’utilisation et qui pourrait être déployée de manière internationale, ayant eu de nombreuses demandes en ce sens de la part des auteurs présents sur la plateforme.

nous travaillons actuellement à donner davantage de moyens aux auteurs pour assurer leur promotion : la création d’un nouvel outil à disposition des auteurs KWL et allant dans ce sens devrait être annoncé dans les prochains mois

Est-il difficile de lutter face au géant Amazon ?

La compétition est toujours stimulante puisqu’elle pousse à innover et à se renouveler sans cesse. La force de Kobo réside dans son approche ouverte et collaborative comme le montrent les partenariats avec des revendeurs locaux dans chaque pays où est implantée la société, misant ainsi sur la synergie entre livre numérique et livre imprimé.

En ce qui concerne Kobo Writing Life, les éléments de différenciation concernent aussi bien les conditions d’utilisation – pas d’exclusivité – que les royalties proposées – 45% en dessous de 1,99 € et 70% au-dessus de ce prix, sans limite supérieure. Le choix du format ePub est également une des spécificités de la plateforme KWL comme de la librairie Kobo. Enfin, la dimension internationale de Kobo permet de s’appuyer sur les équipes locales pour mieux faire connaître les titres des auteurs dans leur pays et sur les autres marchés. Nous avons également la volonté d’apporter un suivi personnalisé aux auteurs : qu’il s’agisse d’un problème technique, d’une question sur les royalties ou tout simplement pour nous faire part d’une nouvelle parution, l’équipe Kobo Writing Life a à cœur d’apporter une réponse rapide et précise à chacun des auteurs qui utilisent la plateforme.

Kobo Aura H2O

Kobo Aura H2O

Pensez-vous que les formules d’abonnement illimité soient l’avenir de la lecture numérique et donc un axe de développement pour tous les auteurs autoédités ?  

Comme on a pu le constater en France, les formules d’abonnement illimité pour le livre ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des autorités de tutelle du livre qui ont étudié leur conformité avec la loi sur le prix du livre numérique de 2011. La médiatrice du livre a d’ailleurs rendu récemment son avis sur les modèles existants et leurs aménagements pour se conformer à la loi. A l’étranger, on constate que ces formules n’ont pas emporté l’adhésion massive des ayants droits, même si des expérimentations sont à l’œuvre actuellement. En effet, la crainte majeure de certains éditeurs est que les emprunts cannibalisent peu à peu les ventes à l’unité. De ce fait, les catalogues confiés par les éditeurs aux sites proposant des abonnements illimités ne représentent encore qu’une partie du catalogue d’ebooks disponibles à la vente.

Les formules d’abonnement illimité sont certes attractives pour les lecteurs. Mais, elles posent la question de la rémunération des auteurs et de la viabilité du modèle sur le long terme. Ainsi, aux Etats-Unis, Scribd vient d’annoncer le retrait d’un nombre élevé de titres de romance de son catalogue, en raison d’un déséquilibre entre les bénéfices générés et le nombre de livres empruntés. Ceci prouve que ces formules, quoique intéressantes, doivent être traitées avec prudence tant que leur modèle économique n’est pas clairement déterminé, celui-ci étant susceptible de connaître des changements à court et moyen terme.

Les formules d’abonnement illimité sont certes attractives pour les lecteurs. Mais, elles posent la question de la rémunération des auteurs et de la viabilité du modèle sur le long terme.

Les plateformes de lecture online comme Wattpad sont-elles selon vous des concurrents de Kobo ? L’apparition de ces plateformes est-elle une bonne nouvelle pour le secteur de l’édition ?

Wattpad et Kobo sont deux entreprises nées à Toronto et qui ont beaucoup en commun. Leur objectif premier est de mettre en relation l’auteur et le lecteur, en se focalisant sur la lecture numérique. En ce sens, elles œuvrent dans le même sens et il existe des passerelles entre ces sociétés qui ont toutes deux une proche collaborative. A ce propos, il existe actuellement sur Kobo une page dédiée aux titres provenant de Wattpad : il s’agit d’une sélection de titres en langue anglaise repérés sur la plateforme de lecture et disponibles à la vente sur notre site. Ceci illustre les synergies possibles entre les plateformes de lecture online et Kobo, visant à faire progresser la lecture numérique et la relation auteur-lecteur.

GloHD_1_FRANCE

Un dernier mot pour la fin ?

Le meilleur moyen pour les auteurs de tirer avantage de la plateforme Kobo Writing Life est de se faire connaître de l’équipe : que ce soit pour annoncer leurs prochaines parutions ou nous faire part de promotions à venir par exemple. Cela nous permet de suivre leur actualité au plus près et de les relayer le cas échéant. Pour cela, le meilleur moyen est de nous écrire à l’adresse writinglife@kobo.com. Nous sommes toujours ravis d’avoir des nouvelles de la part des auteurs qui utilisent notre plateforme !

Et pour ceux qui sont prêts à se lancer : rendez-vous sur le portail kobo.com/writinglife.

Pour conclure, je tiens à vous remercier pour cette interview Thibault, et pour les questions pertinentes que vous traitez régulièrement sur votre blog en matière d’autoédition, qui ne manquent pas de susciter la réflexion au sein de la communauté.

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

3 Réponses à “Interview de Camille Mofidi, responsable Europe de Kobo Writing Life”

  1. Alan Spade
    15 juillet 2015 à 14 h 53 min #

    Je me demande s’il serait possible que, de la même manière que des sociétés de jeux vidéo vendent des licences à d’autres sociétés de jeux vidéo leur permettant d’exploiter des moteurs 3D (par exemple, c’était le cas avec le moteur d’Unreal), une start-up mettant au point des algorithmes de vente similaires à ceux d’Amazon ne pourrait en vendre la licence à des sociétés concurrentes d’Amazon comme Kobo.

  2. robert
    16 juillet 2015 à 11 h 46 min #

    Il aurait fallu en profiter pour lui demander pourquoi la plateforme souffrait de tant de bugs (souvent les gens se plaignent que leurs coordonnees banquaires ne sont pas reconnues, comme ca m’est aussi arrive), pourquoi l’ergonomie est si mauvaise (on ne comrpend pas grand chose au site), pourquoi il faut attendre de recevoir 100 euros de roylaties avant d’etre paye (ce qui, pour de nombreux auteurs, signifie quasiment jamais), pourquoi, alors qu’un auteur est sense recevoir 45% du prix en dessous de 2.99 euros, on recoit moins que ce qu’Amazon donne avec seulement 35% (mon livre a 0,99 m’a rapporte 0.30 euros sur Kobo alors que je recois 0.34 cent sur Amazon…). Il aurait fallu poser toutes ces questions plutot que des questions sans importance.

  3. Pascal Bléval
    4 septembre 2015 à 10 h 04 min #

    Le côté le plus intéressant de l’interview, au fond, se résume à cette phrase selon moi:

    « Le meilleur moyen pour les auteurs de tirer avantage de la plateforme Kobo Writing Life est de se faire connaître de l’équipe : que ce soit pour annoncer leurs prochaines parutions ou nous faire part de promotions à venir par exemple. »

    Cela résume bien la grosse différence entre édition et auto-édition: la proximité, le lien direct entre auteurs et plateformes de distribution. C’est pareil avec Amazon, selon mon expérience: les réponses aux questions sont rapides et, le plus souvent, cordiales et constructives (même si parfois, il faut insister).

    Voilà ce qui me fait penser que l’auto-édition a de l’avenir, au même titre que la vente directe d’une manière générale. On recréé du lien entre producteurs de matière première et la chaîne de distribution, jusqu’au consommateur !

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus